Pourquoi connaître la biomécanique est si important?

Bras face

Pourquoi connaître la biomécanique est si important?

L’apprentissage de la biomécanique est souvent sous-estimé dans le parcours d’un préparateur physique / entraîneur. Pourtant, elle est vraiment importante et intéressante. Alors, quelles sont les raisons pour qu’elle soit aussi négligée ?

Premièrement, elle peut être ennuyante quand elle est mal enseignée.

Deuxièmement, il est facile d’être découragé par l’énorme quantité de matière à apprendre. Les gens tombent souvent dans le piège de tout vouloir apprendre rapidement par cœur. Il y a beaucoup de matière… vraiment beaucoup! Cela peut être décourageant. Je conseille d’y aller une région à la fois et de bien la comprendre avant de s’intéresser à une autre zone.

Troisièmement, selon la croyance populaire, la biomécanique peut sembler non essentielle pour l’entraînement. L’important serait simplement de connaître les exercices qui travaillent les muscles classiques qu’on veut développer.

Ce n’est pas faux. Cependant, en connaissent mieux les fonctions des muscles, vous pourrez avoir plus de résultats. De plus, certaines personnes peuvent avoir de la difficulté à utiliser certains muscles (nous allons en parler davantage plus bas). Alors, la personne ayant un problème de recrutement des pectoraux, aura aucun ou peu de développement de ce muscle.

D’autre part, que se passe-t-il si certains clients possèdent certains problèmes biomécaniques ? Vous risquez peut-être de les blesser en leur recommandant des exercices mésadaptés pour eux.

Un exemple classique serait de conseiller le ‘’Dumbbell shoulder press’’ pour développer les épaules de son client quand celui-ci à une protraction des épaules ( Les épaules qui tombent vers l’avant ). Puisque les épaules sont trop avancées, tout ce qui est de type ‘’press’’ vertical devient déconseillé et à risque de blessure.

Parlons d’un autre type d’exemple, le grand fessier !

Croyance populaire : Pour travailler les fessiers, il faut faire du squat, du deadlift et des hips thrust.

Ce n’est pas faux, mais ce n’est pas tout le monde qui est capable de bien utiliser ses fessiers. Donc, ils développeront davantage leurs quadriceps que leur fessier! Il est même possible qu’ils ne développent aucunement leur fessier avec les exercices plus hauts ( Qui sont pourtant réputés pour être les meilleurs pour le développement des fessiers ).


Avant de continuer l’exemple, j’aimerais clarifier un élément. Dans la physiologie musculaire, chaque muscle est composé d’un certain ratio entre ses fibres musculaires dites rapides, et ses fibres musculaires dites lentes.

En général :

  • Dépendamment du type de fibre musculaire, il est possible de maximiser le développement en sélectionnant le bon nombre de répétitions et la bonne lourdeur.
  • Les fibres de type 1, appelées lentes ‘’slow twitch’’ requièrent un entraînement HAUT en répétitions, moins en lourdeur, plus de fréquence et moins de temps de repos.
  • Les fibres de type 2, appelées rapides ‘’fast twitch’’ requièrent un entraînement BAS en répétitions, mais avec beaucoup plus de lourdeur, moins de fréquence et plus de temps de repos.


Continuons avec l’exemple des fessiers. Ils sont principalement composés de fibres musculaires vascularisées ( fibres lentes ), ce qui veut dire que pour un gain de masse, par exemple, ils seront plus réceptifs avec beaucoup de répétitions et particulièrement en travail d’isolation. En moyenne, ils seront plus réceptifs avec du 10 à 15 répétitions qu’en bas de 10 répétitions.

De plus, seriez-vous surpris si je vous dis que chaque personne à son propre ratio de fibre musculaire, et que finalement, il se peut que le fessier de la personne soit plus réceptif en bas de 10 répétitions.

Mais attendez! Si je vous dis aussi que le fessier est davantage recruté à partir de 90° autour des genoux. Que plus vous descendez dans le mouvement du squat, que plus la biomécanique du corps est naturellement programmée pour recruter le fessier ( Ils sont recrutés davantage lorsque le fessier descend en bas des genoux ).

En sachant cette notion de biomécanique, vous pourriez conseiller des pauses à 90° autour des genoux ou même des ‘’quarts de répétitions’’ dans la partie basse du mouvement de squat.

Bref, je viens de vous nommer 4 éléments importants pour maximiser le développement des fessiers. La biomécanique est, selon moi, essentielle si vous voulez que chaque entraînement soit optimal selon l’objectif du client! Qui n’aimerait pas maximiser leurs résultats ?!

Partager cette publication